Accueil Nous contacter

Une sirène par jour

Sirène n°325

L'épinoche

L'épinoche est une maison d'édition créée par Anne Mauvais et située dans le Doubs, près de Besançon.
L’épinoche ?
C’est un petit poisson qui n’abandonne pas ses oeufs mais les recueille dans un nid qu’il a construit, il les promène dans sa bouche, il les défend au besoin. Les épines de son dos lui donnent son nom, d’où le logo.
Un nom pas sérieux avec sa terminaison en « oche », qui fleure bon la campagne et la simplicité.
Cela me plaisait bien pour une maison d’édition modeste, qui accompagne le livre de sa rédaction à sa distribution.

Nos publications

Sirène sirène


Les sirènes de la Voie Lactée


Sirène sirène

Sirène-oiseau,
sirène-poisson à une ou deux queues,
sirène-serpent,
la sirène n’en finit pas de nous intriguer.
Des savoirs, des superstitions, des craintes ou des désirs préexistent à sa création, voici des savants, des mystiques, des exégètes, des illuminés de tout bord, des matérialistes, des pragmatiques, qui nous livrent leurs indices. Convaincus ou circonspects, ils lancent des pistes qu’ils nous invitent à suivre, selon nos propres certitudes ou nos préférences.
À nous d’élaborer la fable, puisque la signification originelle de la sirène n’est pas donnée.

Ce recueil de photographies (sirènes de pierre, de bois ou de couleur) prises en France et dans le Nord de l’Espagne essentiellement (Chemin de Compostelle oblige, voir Les sirènes de la voie lactée) n’est pas un document d’érudit, c’est une impulsion, une invitation à l’exploration et à la réflexion.
Chaque image est un étonnement, chaque interprétation ouvre un nouveau champ de réflexion.
À picorer au hasard des manipulations, une jubilation sur votre table de salon.

Prologue

Lorsque je commence mon Chemin vers Compostelle* je prends le temps de revisiter Vézelay. Et dans l’immense Narthex*, au-dessus du Christ en Gloire, au centre du portail d’accueil, je découvre une sirène. Une autre, tout abîmée, sur le chapiteau d’un trumeau* de portail latéral. Une troisième dans le musée lapidaire*. Et d’autres, encore. Les sirènes s’invitent, s’imposent sur mon Chemin, comme autant de pierres égrenées, trésor d’un Petit Poucet Rêveur. Dès lors, pendant que je danse en les découvrant, que je les croque maladroitement, que je me contorsionne pour les photographier, ou que j’ose des escalades sacrilèges pour m’en approcher, on m’observe. Des pèlerins, des prêtres, des personnes distraites de leurs prières, des passants et des badauds s’étonnent avec moi de cette profusion. Ces questionnements, puis ces commentaires plus ou moins savants, embrouillés, singuliers, embrumés, sarcastiques parfois, impulsifs toujours, composent la partie écrite de cette collection spontanée.

Je ne suis ni historienne, ni spécialiste de l’art, ni photographe. Ce livre hybride est le témoignage de mon émerveillement. Je jubile devant la multitude des types de sirènes, (je dois très vite limiter ma quête aux sirènes pisciformes* et aux anguipèdes*, renoncer aux sirènes-oiseaux* de loin les plus nombreuses) et devant la richesse des interprétations données, par des inconnus le plus souvent. Il me semble que dans la variété de ces commentaires on peut se faire une idée exhaustive au sujet des sirènes. Que je déniche dans des églises et des cloîtres, romans le plus souvent, sur des fontaines, des maisons, des immeubles, des girouettes, des vitraux, des stalles (accoudoirs, dossiers et miséricordes*), des meubles, des tableaux, des panneaux de plafond ou muraux, des portes et leurs poignées, des orgues, des assiettes (vaisselle de la Renaissance ou service peint par Chagall pour le mariage de sa fille) ; statues dans des jardins, motifs de broderies, de mosaïques, d’enseignes et de publicités, et même tatouage sur le bras d’un jeune homme. Je choisis de me cantonner à l’univers de l’église, du cloître et de leur périmètre proche.

Quant aux interprétations, le tutoiement dénonce des parents ou des amis, qui ne se sont pas tous lassés de mon intérêt frénétique pour mes merveilles, ou encore des pèlerins qui mettent un moment leurs pas dans les miens et leur quête fiévreuse au diapason de la mienne. Mais combien émouvants sont les témoignages de personnes inconnues qui, tout en me vousoyant, m’offrent de leur temps et de leur érudition. Dans l’église même ; sur un parvis venté ; dans un square sonore d’enfants et d’oiseaux ; dans des ruelles, sous la pluie ; dans des cours ombragées, autour d’un verre d’eau fraîche ; dans l’intimité de la maison ouverte, avec l’odeur chaude d’un café et parfois d’un repas improvisé.

Au retour, bien sûr, je compulse des livres, et même Internet, un peu, mais n’importe qui peut s’y coller. Et je n’y retrouve pas cette truculence de la spontanéité, de l’inopiné, du farfelu. Je reprends donc mes notes, gribouillées sur mon carnet de voyage, pour partager avec vous les lumières apportées et les émotions offertes lors de mes rencontres.

C’est avec tendresse que je remercie ces personnes, mon Chemin de Compostelle* y a gagné en humanitude. Et en douce spiritualité la longue traque qui suit. Merci à ceux qui ont écouté patiemment l’exposition de mes différents projets. Allant jusqu’à me signaler d’autres lieux pour nourrir ma passion, au risque de devoir s’extasier devant les quelque quatre cents spécimens accumulés. Merci à qui ose donner une matérialité à cette sorte d’élucubrations. Mes toutes belles y gagnent un superbe écrin, elles le méritent, non ?
Merci de me pardonner toute erreur d’orthographe dans le nom d’un lieu, ou une éventuelle confusion de site. Toute au plaisir de la conversation, il m’arrive d’omettre de noter l’endroit de la trouvaille. Ou d’en tracer une esquisse.

Et si ce livre devenait pour vous les flèches d’un jeu de piste lors de vos prochaines randonnées, avec ses surprises, ses déceptions, ses frustrations et ses énigmes ? Et la joie d’une découverte inédite, la plus belle des sirènes, la vôtre.

Pour les mots marqués d’un astérisque, voir le glossaire aux pages 108 à 111.

(Déjà une bonne raison de vous procurer ce livre :)

Informations

148 pages, A4 à l’italienne.
364 photos couleur.
Quelques dessins.
46 interprétations ornées d’enluminures.
répertoire, pagination, localisation des sites.
ISBN : 978-2-9532699-0-1
(10/2009)

Prix TTC 29,50 €
Commander

Aperçu

Quelques pages pour vous mettre l'eau à la bouche :